Lutte contre les espèces invasives

Accueil - Qui sommes-nous ? - Nos compétences - Lutte contre les espèces invasives

Les espèces animales

Le rat musqué est l’espèce exotique envahissante la plus connue et la plus représentée sur le territoire de l’USAN. La lutte contre cette espèce est organisée depuis plusieurs dizaines d’années.

Dans ce cadre, l’USAN gère le Groupement de Défense contre les Organismes Nuisibles de Radinghem en Weppes (GDON).

Le rat musqué est responsable de nombreux dégâts sur les cours d’eau (effondrements de berges, ruptures de digues…) et les cultures (destruction des cultures, dysfonctionnement des réseaux de drainage…). Le rat musqué présente également un danger pour la santé publique car ce rongeur est porteur de nombreux parasites. Il peut contracter des maladies bactériennes ou virales transmissibles aux animaux domestiques et à l’Homme. C’est le cas de la leptospirose (provoquée par une bactérie).

Une équipe de 7 piégeurs est dédiée aux actions de piégeage mécanique de cette espèce. Les résultats des captures ces dernières années montrent que la répartition des rats musqués n’est pas homogène sur le territoire de l’USAN.  Les communes situées le long la Lys, dans les Weppes et au pied des monts de Flandres connaissent une forte augmentation du nombre de prises tandis que les communes du bassin de l’Yser affichent des prises faibles mais régulières.

Des nouvelles espèces…

Tout comme pour les plantes invasives, la vigilance des équipes de l’USAN est de mise concernant de nouvelles problématiques. Entre autres, l’Ecrevisse américaine a été repérée sur certains cours d’eau. Cette espèce provoque des déséquilibres dans l’écosystème en appauvrissant la biodiversité végétale et animale du cours d’eau.

Les espèces végétales

L’Hydrocotyle fausse-renoncule, la Balsamine de l’Himalaya, la Renouée du Japon ou encore la Berce du Caucase sont autant de plantes exotiques envahissantes présentes dans nos cours d’eau ou sur les berges.

Leur développement dans le cours d’eau génère une augmentation du niveau des eaux et peut causer des inondations. Sur les berges, leur système racinaire souvent inadapté ne retient pas suffisamment le talus et des effondrements apparaissent.

La lutte contre ces espèces est respectueuse de l’environnement et s’effectue uniquement de manière mécanique. Les agents de terrains procèdent par arrachage ou fauchage de la végétation indésirable.

L’USAN se mobilise de plus en plus sur ces actions car le problème est grandissant sur le territoire. Des projets européens ont également permis de développer une synergie et un savoir-faire sur cette thématique (projet Interreg LUPIN). La vigilance est donc accrue d’autant que le changement climatique global et la hausse des températures laissent craindre le développement de nouvelles espèces sur notre territoire.

Pour en savoir plus : http://www.plantes-invasives-lupin.eu/